Please enable javascript, or click here to visit my ecommerce web site powered by Shopify.

Le jojoba est originaire du désert de Sonora au nord ouest du Mexique et sud ouest des Etats Unis. Son usage comme produits de soins pour le corps a été découvert depuis des centaines d’années, mais n’a pu connaître son véritable essor, en raison des produits à base de pétrole et huile de cachalot, disponibles en abondance et à bas prix. Toutefois, l’interdiction de la chasse du cachalot et la série de chocs pétroliers qu’a connus le moyen orient dans les années 70 et 80 ont contraint les entreprises de cosmétiques à chercher une source renouvelable alternative pour leurs produits. En outre, les consommateurs attachent de plus en plus d’importance à la qualité des ingrédients et exigent une production durable et purement naturelle. Toutes ces contraintes ont suscité un intérêt particulier pour le jojoba.

La première utilisation connue du jojoba (prononcé ho-HO-ba), a été effectuée par les Amérindiens dans le désert de Sonora au nord ouest du Mexique et sud ouest des Etats Unis. Les explorateurs et missionnaires espagnols rapportent que les Amérindiens utilisaient le jojoba à des fins médicales et cosmétiques, et pensaient qu’il contenait des propriétés « mystiques », pouvant guérir certaines maladies, tels que les troubles cutanés et contribue à la cicatrisation des éraflures, blessures et ecchymoses.

Dans les années 30, les premiers chercheurs ont découvert que le jojoba était fondamentalement différent, sur le plan chimique, de toute autre huile d’origine naturelle ou graisse solide, mais dans les années 60 et 70, l’huile de jojoba est tombée dans l’oubli.

L’une des raisons pour laquelle, les recherches sur le jojoba n’ont pas atteint leur plein potentiel, était l’abondance de l’huile de cachalot, disponible à l’époque à très bas prix. Au début du 18ème siècle le cachalot était chassé pour l’exploitation du Spermaciti (une substance cireuse présente dans la tête du cachalot.), de l’huile de cachalot, et de l’ambre gris. Ces substances étaient utilisées pour les bougies, le savon, les cosmétiques, l’huile à lampe, huile de machine, parfums et fragrances. On estime que 200000 cachalots ont été tués au 19ème siècle, et qu’au moins 770000 ont été tués au 20ème siècle. Réduisant le niveau de chasse à presque 30% …le cachalot est aujourd’hui classé comme espèce vulnérable.

Toutefois, deux séries d’événements survenus dans les années 70 et 80, ont suscité un regain d’intérêt pour le jojoba, le premier fut l’action de la Commission Balanière Internationale (CBI) d’avantage centrée sur la préservation des baleines, alors qu’elle ne visait par le passé que la distribution des quotas.
En 1979, la Grande Bretagne, les Etats Unis et les Seychelles ont proposé de mettre un terme à la chasse du cachalot, mais la proposition a été rejetée par plusieurs autres pays. Cependant, les fabricants qui utilisaient l’huile de cachalot dans leurs produits ont pris conscience que l’ère de la chasse illimitée du cachalot touchait à sa fin, et ont commencé à chercher une source alternative de matière première. En 1986 la CBI a décrété l’interdiction de toute chasse commerciale à la baleine.

La deuxième série d’événements était liée à l’instabilité croissante des pays producteurs de pétrole au Moyen Orient. Cette tendance a commencé après l’embargo pétrolier imposé par l’OPEP en 1973, engendrant l’envolée des prix du baril, dont la valeur a quadruplé en seulement quelques mois. Les années 70 et 80 ont également étaient marquées par plusieurs bouleversements au Moyen Orient, notamment le conflit israélo-palestinien de 1967 et 1973, le début de la guerre civile au Liban en 1975, la révolution iranienne en 1979, la guerre Iraq-Iran en 1980, et l’assassinat du président égyptien Anwar Sadat en 1981.

En plus de son usage comme carburant, le pétrole était et continue à être utilisé à ce jour, dans les cosmétiques sous forme de vaseline. La crise du pétrole a engendré l’augmentation du prix du pétrole brut, ainsi que ses dérivés, induisant une envolée rapide des prix des matières de base, dont on ne pouvait entrevoir la fin. Les industries cosmétiques ont été contraintes à réagir, et à entamer des recherches intensives afin de trouver une alternative offrant une hydratation de qualité supérieure, aux propriétés chimiques naturelles, adaptée à la fabrication des cosmétiques, dont la source est renouvelable et dont l’approvisionnement n’est pas influencé par des évènements éloignés et imprévisibles.

S’il est vrai que la recherche de substitut renouvelable végétal, avait des visées essentiellement commerciales, tel que l’approvisionnement de la chaine et la stabilité des prix, d’autres facteurs étaient néanmoins pris en ligne de compte. Le plus important des ces facteurs consistait en l’importance grandissante de protéger, à l’échelle universelle, le monde animal et végétal.

Forte heureusement, cette préoccupation pour l’environnement naturel n’a cessé de croitre, permettant de renforcer et redonner au jojoba la place qu’il mérite, comme candidat de choix pour tout usage commercial.

Histoire du jojoba

learn

La Plante

Bienfaits pour la peau et les cheveux

Nos Fermes

Usages Potentiels Futurs

Chimie